Réalisations - La rime à tout prix

L’araignée et la puce

L’araignée

Il était une fois une petite araignée
triste et renfrognée
qui sévissait dans les pigeonniers
vieux, sombres et peu soignés
où elle tissait partout des toiles bien alignées
pour faire prisonnier
tout invertébré volant jusqu’au dernier.
Bien que les arachnides soient plutôt casaniers,
elle était vite par l’ennui gagnée
et finissait par abandonner ses charniers
pour regagner
des chemins routiniers
vers des mansardes où elle n’avait pas encore besogné.
Elle entra un jour dans un grenier
aménagé en un bureau soigné
– c’était pas coutumier –
et se cacha dans un coin épargné
par le balai d’Harouna qu’il savait pourtant bien manier.
Malgré la propreté qu’elle avait appris à répugner,
elle sentit qu’elle avait là tout à gagner.
Curieuse de nature, elle se mit à lorgner,
grâce à ses quatre paires d’yeux de fin limier,
les moindres faits et gestes de ces humains résignés
à revenir chaque jour au même endroit sans rechigner
et sans jamais s’empoigner.
Elle aimait surtout l’ambiance qu’y faisait régner
par sa douceur et son rire printanier
une certaine Isabelle, elle s’était renseignée.
Depuis l’an dernier
elle l’avait regardée taper, noter, écrire et signer
et c’est ainsi que sans le savoir Isabelle lui avait enseigné
à lire, mais faut la croire elle peut pas en témoigner.
De son odeur et de son humour elle s’était imprégnée
et quand Isabelle ne venait pas, d’impatience elle trépignait.
Elle apprenait les nombres premiers
quand la nouvelle tomba, c’était le mois dernier.
Isabelle allait partir, son cœur se mit à saigner
et 5 de ses yeux commencèrent à cligner.
Qu’allait-elle faire ? Se résigner ?
Non, elle n’allait pas jeter le manche après la cognée !
Elle décida de s’installer dans ses cheveux savamment dépeignés
et de l’accompagner
vers la nouvelle aventure qu’elle s’était assignée.
Alors voilà, Isabelle, si tu trouves dans tes cheveux une araignée,
ne sois ni effrayée ni indignée
elle ne va ni te mordre ni même t’égratigner
mais elle va le malheur t’épargner,
car il existe une croyance ancestrale à ne pas dédaigner
qui dit que dans l’huile pour toi tout va baigner !

Pour Isabelle

La puce

Il était une fois une innocente petite puce
pleine de ruses et d’astuces
qui vivait une vie sans cumulonimbus
jusqu’au jour où elle tomba sur une bande de virus
qui lui firent un drôle de laïus
sur les bienfaits des micro-puces
qui peuvent le moins peuvent le plus.
Ils lui secouèrent les puces
tant et plus
qu’elle finit par croire mordicus
qu’il lui faudrait bien ce genre de stimulus
pour rester toujours excitée comme une puce.
Figurez-vous que ces olibrius
lui avaient ébranlé les neurones et même plus
si bien qu’elle avait quitté son sac à puces
et sa maison de Fleurus
où il faisait d’ailleurs trop sale, raison de plus,
et qu’elle avait même changé ses coutumes et us
pour avaler leurs boniments qui ne valaient pas plus
que sornettes de prospectus.
Ils lui avaient confié la mission sans consensus
de se faire passer pour un antivirus
et de saboter les connexions périphériques d’une experte en rébus
qui aimait aussi écrire et même plus.
Elle chercha cette perle rare dans les autobus,
les trains, les abribus,
les écoles et même les marchés aux puces.
Ce fut une certaine Joëlle qui l’intrigua le plus.
Son talent, son intégrité et son honnêteté sans hiatus
lui mirent à l’oreille la puce
et lui firent douter de plus en plus
des vertus des virus
qui lui faisaient en fait jouer à la roulette russe
et tourner mal ni moins ni plus !
Cette Joëlle n’était pas stupide comme ces gugusses
d’êtres humains qui faisaient quasi tous chorus
pour vanter l’utilité des gsm, gps et cartes à puces.
C’est ainsi que sans qu’ils le sussent
Notre pupuce
devint une militante dans la lutte anti micro-puces,
présentes aujourd’hui dans nos cartes à puces
mais peut-être demain sous la peau ou même dans les fœtus !
Elle décida de remercier Joëlle en rameutant de vrais antivirus
pour veiller sur ses écrits et sur tous ses fichiers en sus,
et comme c’était son anniversaire en plus
– mais là attention : motus ! –
elle trinqua à sa santé en buvant une vodka à la russe !

Pour Joëlle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *