Réalisations - La rime à tout prix

Le cafard et le morpion

Le cafard

 

Il était une fois un cafard
qui comme tous les cafards
menait une vie cafardeuse de plumards en dépotoirs
et d’urinoirs en baignoires
en se demandant – nom d’un pétard –
qu’est-ce qui lui avait pris de s’incarner en bête noire
alors que les coccinelles, elles, reçoivent bien plus d’égards !
Il s’appelait Edgar.
Edgar déboucha un jour dans SA baignoire
par on ne sait quel hasard.
Quand, de son observatoire,
il la vit dans son peignoir,
il sut qu’elle n’était pas comme la plupart,
à faire tout un bazar
pour un malheureux petit cafard.
Elle le prit dans ses belles mains d’une douceur rare
et le posa sur l’appui de fenêtre pour mieux le voir.
Il pointa vers elle son suçoir
et lui susurra sur un ton jubilatoire :
« Je suis un sacré veinard,
grâce à toi, Zoé, je n’ai plus le cafard.
Joyeux anniversaire ! A ta santé je m’en vais maintenant boire ».

 

Pour Zoé
Le morpion

Il était une fois un morpion
qui toute sa vie durant se posait la question
de savoir quelle avait été sa véritable motivation
de s’incarner en stupide morpion
alors qu’il aurait pu être un superbe papillon
ou un redoutable lion.
Tout le séparait de Catherine, dont il était l’espion
grâce à ses dons de divination.
Il n’avait aucune chance de s’approcher d’elle, même à tatillon.
Il en était frustré jusqu’au trognon.
Son anniversaire était une belle occasion
de lui avouer son admiration.
Il décida alors de se déguiser en papillon
en se collant des ailes sur le croupion,
et s’élança dans les airs, comme un avion.
Il s’écrasa un mètre plus loin comme un postillon
et rendit l’âme dans d’horribles convulsions.
Catherine, sache qu’un morpion
est mort pour toi, bêtement, sans hésitations.
Mais n’en fais quand même pas une indigestion !

Pour Catherine K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *