Réalisations - La rime à tout prix

La mouche et la cigale

La mouche

Il était une fois une grosse mouche
qui en tenait une sacrée couche.
Elle était pas du genre Sainte-Nitouche
mais plutôt de celles à prendre la mouche
quand sur elle on essayait de faire mouche
avec une tapette ou une babouche.
Elle s’amusait à faire du coche la mouche
et des vols planés devant les gens qui en devenaient farouches.
C’était une mouche à caca pure souche ;
quand elle passait, mieux valait fermer la bouche.
Elle eut vent d’un anniversaire à Auderghem dans les quartiers louches
et savait que c’était celui de Jean-Luc, elle était fine mouche.
Elle colla au carreau de la véranda sa bouche
et écrivit en brun « Joyeux Anniversaire », signé la mouche,
mais c’était illisible à cause des pattes-de-mouche.
Elle zieuta sur la table du ptit-déj les croquembouches
et reconnut d’Aurore la fine touche.
Elle décida qu’en ce 24 mars elle ferait la fine bouche
pour pas que Jean-Luc ne s’effarouche,
et le ventre creux, s’en alla ailleurs tuer les mouches.

Pour Jean-Luc

La cigale

Il était une fois une cigale
peu banale
qui avait – c’est drôle – un accent provençal
quand elle chantait d’une voix transcendantale
« Joyeux Anniversaire, Joël ! »
Elle aurait fait un scandale
si elle avait été là lorsque La Fontaine se foutait de sa balle
avec ses fables soi-disant morales.
Hé oui, elle chantait tout l’été, triomphale,
offrant et récoltant des trésors de sourires, d’amours, de soleils et d’étoiles
sans se soucier du lendemain, ça lui était égal.
Pendant ce temps, la fourmi, sa voisine, amassait dans ses malles
trésors illusoires, soucis, stress, fatigues, intérêts et principal
en trimant comme un cheval,
mais quand fut venue la bise hivernale,
elle se trouva fort dépourvue d’énergie vitale
malgré toutes ses richesses bancales.
Alors, la fourmi alla trouver la cigale,
sa légendaire rivale,
qui, elle, était bronzée, reposée, pétillante et d’humeur joviale
malgré le creux stomacal.
Et autour d’un verre d’eau minérale,
elles refirent le monde animal,
et trinquèrent en l’honneur de Joël.

Pour Joël

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *