Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Remèdes naturels aux 1000 vertus
L'élixir du Suédois
Le vinaigre de cidre
Le chlorure de magnésium
Le silicium organique
Les bains dérivatifs
L'huile de pépins de pamplemousse
Les jus verts
L'achillée millefeuille
Le millepertuis
Le souci officinal
La pomme de terre
L'ail
L'amande
L'aloès
Le souci officinal (Calendula officinalis)
Extrait de "La Santé à la Pharmacie du Bon Dieu" de Maria Treben

Le souci occupe une place importante parmi les simples de nos régions. Il compte parmi les plantes qui peuvent aider en cas de cancer et de tumeurs cancéreuses. On le trouve dans de nombreux jardins à la campagne, et parfois à l'état sauvage sur des crassiers. Comme le peuple est en passe de reconnaître à sa juste valeur ses vertus thérapeutiques, on peut la trouver non seulement dans les jardins, mais encore dans les champs. Le souci atteint une hauteur de 30 à 60 cm, les têtes de ses fleurs sont jaunes à orange-jaune. Les tiges et les feuilles sont juteuses et sont visqueuses au toucher. Il en existe plusieurs espèces: avec des têtes de fleurs pleines, avec des étamines claires ou foncées. En ce qui concerne leurs vertus thérapeutiques, ils sont tous équivalents. Si les têtes des fleurs sont fermées le matin après sept heures, c'est qu'il va pleuvoir dans la même journée. C'est la raison pour laquelle le souci était considéré jadis comme indicateur de pluie.

Dans la médecine populaire, la plante est cueillie et utilisée avec ses fleurs, ses tiges et ses feuilles. L'on devrait cependant la cueillir en plein soleil, car c'est là que les forces thérapeutiques atteignent leur apogée. On peut les chercher toutes fraîches au jardin jusqu'à la fin de l'automne, dans la mesure où elles ne sont pas atteintes de mildiou.

Le souci est très semblable à l'arnica, mais sa force thérapeutique est supérieure. L'arnica ne doit par exemple être utilisé en usage interne que sous surveillance médicale, car la tisane peut nuire à des personnes cardiaques plus qu'elle ne les aide; en revanche, la tisane de souci peut être bue sans aucun dommage. Cette plante dépurative est notre meilleure aide en cas de jaunisse infectieuse. Une à deux tasses de tisane bues par jour font des miracles. Le souci a une action purifiante, stimulante pour la circulation et favorise la guérison des plaies.

Un homme mit sa main dans une scie circulaire et après son départ de l'hôpital, les douleurs que lui causaient les plaies étaient encore très grandes. J'en entendis parler et lui conseillai la pommade de souci. Il fut enthousiasmé de l'effet de cette pommade et me raconta que les douleurs dues aux plaies qui lui avaient causé de nombreuses nuits sans sommeil, avaient disparu au bout d'un laps de temps très court. Depuis ce temps-là, sa femme cultive de nouveau du souci dans son jardin.

Au cours d'une visite dans le Muehlviertel, la maîtresse de maison me montra ses jambes couvertes de varices. J'allai chercher des soucis au jardin et préparai une pommade. Je lui bandageai immédiatement les mollets avec les résidus de la préparation de la pommade (les résidus peuvent être réutilisés quatre à cinq fois). Ensuite, elle a étendu de la pommade sur un lin, l'épaisseur de la couche de pommade équivalant à celle du dos d'un couteau, et elle en a fait tous les jours des enveloppements sur les mollets. Vous serez étonné de savoir que 4 semaines plus tard, lorsqu'elle vint me rendre visite à Grieskirchen, les varices avaient disparu. Les deux jambes avaient une belle peau lisse. Une religieuse me raconta qu'elle avait conseillé à une vieille femme qu'elle avait remarquée dans la rue en raison de ses fortes varices de faire un traitement à base de pommade de souci. Elle avait été très surprise de voir les jambes de cette femme un mois après, qui en était très heureuse. Toutes les varices avaient disparu et la peau était de nouveau lisse.

La pommade a également un effet très rapide en cas de phlébite, d'ulcères variqueux ne guérissant pas, de fistules, d'engelures et de brûlures. L'on utilise également la pommade et les résidus de sa préparation en cas de tumeurs du sein, même si elles ont un caractère malin (cancer du sein).

Une de mes connaissances a dû être amputée soudainement d'un sein. Alors qu'elle se trouvait encore à l'hôpital et que nous nous faisions tous du souci à son sujet, je lui préparai une pommade de souci. C'est cette pommade qu'elle utilisa plus tard en applications sur l'énorme plaie opératoire, ce sur quoi la grande tension de la plaie disparut rapidement. Les cicatrices opératoires montrèrent au cours des examens ultérieurs un tel degré de guérison, au contraire des cicatrices des autres patientes, qu'elle n'eut besoin que d'une partie des séances de rayon prévues.

La pommade au souci apporte également une grande aide en cas de champignons des pieds. Beaucoup de lettres me l'ont confirmé, et ceci également dans des cas où les autres traitements préalables n'avaient donné aucun résultat. La décoction de soucis frais peut également être utilisée avec succès pour ces maladies. En cas de champignon du vagin, des lavages ou des bains de siège sont effectifs. L'on prend 50 g de soucis séchés ou le contenu de deux mains réunies pleines de soucis frais par bain de siège.

Une femme m'écrivit de Stuttgart que son mari avait souffert de champignons des pieds. Il avait entrepris cent choses pour le combattre. Bains, pommades, poudres ne firent aucun effet. C'est alors qu'il essaya la pommade au souci. Au bout de 8 jours, les parties ouvertes étaient guéries et le restèrent. N'est-ce pas merveilleux. Outre la pommade, l'on devrait également préparer une teinture de souci (pour la recette, voir "Formes d'utilisation"). Cette teinture, diluée dans le d'eau bouillie, est particulièrement conseillée pour les plaies, les ecchymoses, les hématomes, les claquages musculaires, oui, même en cas de tumeurs purulentes ou cancéroïdes, d'escarres, de tumeurs et de bosses.

Non seulement l'abbé Kneipp a pris parti pour le souci comme remède naturel en cas de tumeurs malignes, mais d'autres médecins connus comme les docteurs Staeger, Bohn, Halenser et bien d'autres ont reconnu ce fait. Le docteur Bohn cite le souci comme un des remèdes les plus importants lors de maladies cancéreuses lorsqu'une opération ne peut plus être effectuée et il conseille de boire régulièrement de la tisane de souci pendant une période de temps prolongée. Le jus fraîchement pressé du souci peut être utilisé avec grand succès, même en cas de cancers de la peau. Un hémangiome, enduit plusieurs fois par jour de jus frais de souci pendant une période prolongée, peut disparaître, ainsi que les pigmentations et les taches de vieillesse. Les taches dermiques cancéreuses peuvent également être guéries avec le même traitement. Ces derniers temps, le chercheur et médecin américain, Dr Dwey, attire l'attention sur la force thérapeutique unique en son genre du souci. Dans le cas de cancer il a pu obtenir de très bons résultats avec le souci.

En usage interne, le souci est également utilisé en tisane en cas de maladies de l'appareil digestif et des intestins, en cas de crampes et de tumeurs d'estomac, ainsi que de colites, d'hydropisie, et d'hématurie. Cette tisane est également excellente pour combattre les maladies virales et les bactéries. Un rapport qu'un médecin m'a communiqué montre bien l'action merveilleuse de la tisane fraîche de souci: "Une petite fille de deux ans et demi était tombée assez grièvement malade après plusieurs vaccins contre la polio, et souffrait de diarrhées chroniques, elle maigrissait et sa vue faiblissait à vue d'oeil; on avait des difficultés à la nourrir. Des analyses cliniques avaient diagnostiqué un paratyphus qui rendit nécessaire une surveillance médicale. Au bout d'une semaine de consommation de tisane préparée à base de fleurs de souci fraîches et de médicaments homéopathiques en petit nombre, l'enfant était de nouveau pratiquement rétablie. L'analyse triple qui fut effectuée immédiatement après ce traitement pour déterminer les bacilles typhiques dans les selles fut négative".

Comme le souci permet également d'obtenir de bons succès en cas de jaunisse infectieuse, c'est aussi un excellent remède contre les maladies du foie. Les fleurs, les feuilles et les tiges sont ébouillantées, on boit la tisane non sucrée. Pour les maladies mentionnées ci-dessus, on peut en boire trois à quatre tasses par jour, à raison d'environ une cuillère à soupe tous des quarts d'heure. L'on obtient un vermifuge en préparant une tisane avec 1/4 de litre d'eau et une cuillerée à soupe de fleurs de souci. Le jus des tiges fraîches élimine les verrues et la gale, l'infusion bouille est efficace contre les dartres et les tuméfactions ganglionnaires lorsqu'on l'utilise pour laver les parties malades. La tisane bue régulièrement a une action dépurative. Lorsque l'on lave ses yeux en faisant usage d'une oeillère, la vision est améliorée.

En cas de tumeurs malignes et d'ulcères malins, de plaies ouvertes aux pieds, de carie des os de la jambe, de tumeurs aux cuisses et également de plaies malignes ne guérissant pas, des lavages à l'aide d'une infusion de souci et de prêle à parts égales. On prend une cuillerée à soupe bombée de ce mélange pour un demi litre d'eau. Afin de souligner l'effet unique de la tisane de souci, je voudrais citer ici quelques guérisons qui sont à mettre à son compte: une infirmière qui souffrait depuis huit ans d'une colite avait consulté un spécialiste. Il lui conseilla, sur la base de ma brochure, de prendre de la tisane de souci. Pendant quatre jours, elle but deux tasses de tisane de souci réparties par gorgées pendant la journée. Elle eut du mal à la croire: au bout de cette courte période, tous ses maux étaient guéris.

Une religieuse me raconta qu'elle souffrait d'une forte diarrhée. Bien qu'elle bût de la tisane de camomille allemande, son état ne s'améliora pas. Ses maux cessèrent seulement lorsqu'elle prit de la tisane de souci, et ceci au bout de peu de temps. Une religieuse de Bavière souffrait depuis 15 ans d'un champignon au pied et d'une phlébite qui se répétait de temps en temps. Elle put guérir ses pieds en utilisant de la pommade au souci. 2 cuillerées à café pour une tasse d'eau sont un laxatif doux.

La pommade de souci peut aisément guérir les croûtes dans le nez. Remarque: si quelqu'un ne supporte pas le saindoux, il peut également utiliser une bonne graisse végétale pour la préparation de la tisane. Afin de préserver l'onctuosité de la pommade préparée de cette façon, ajouter à la préparation encore chaude un peu d'huile.

FORMES D'UTILISATION

Infusion: une cuillerée bombée d'herbes pour 1/4 de litre d'eau.

Bains de siège: pour un bain de siège, prendre deux fois le contenu de deux mains réunies bien pleines d'herbes fraîches ou 100 g d'herbes séchées.

Lavages: une cuillerée bombée d'herbes pour 1/2 litre d'eau.

Pommade au souci: couper menu le contenu de deux mains réunies pleines de souci (feuilles, tiges et fleurs). Réchauffer 500 g de saindoux de porc nourri naturellement ou de bon saindoux comme si l'on voulait faire frire un morceau de viande. Mettre dans cette graisse chaude les soucis coupés, laisser grésiller, mélanger et retirer du feu. Couvrir et laisser reposer le tout pendant une journée. Le lendemain, réchauffer légèrement et filtrer à travers un lin dans des récipients propres préparés à cet effet.

Jus frais: laver les feuilles, les tiges et les fleurs et presser le jus à l'état humide à travers une centrifugeuse.