Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Remèdes naturels aux 1000 vertus
L'élixir du Suédois
Le vinaigre de cidre
Le chlorure de magnésium
Le silicium organique
Les bains dérivatifs
L'huile de pépins de pamplemousse
Les jus verts
L'achillée millefeuille
Le millepertuis
Le souci officinal
La pomme de terre
L'ail
L'amande
L'aloès
L'ail
L'AIL, "THERIAQUE DES PAYSANS"

Extrait de l'Agenda + n° 124 - par Marianne Lacroix

"Thériaque des paysans", de Galien ou de Paracelse, on ne sait de qui nous vient cet adage. Il est, en revanche, sans conteste d'affirmer que l'ail est le plus vieux et le plus réputé des grands remèdes du passé. Les ordonnances des anciens sont aujourd'hui largement confirmées par les scientifiques : mangez de l'ail pour rester en bonne santé. Il est bon pour tout : tension, flatulences, rhumes, grippes, coqueluche, hydropisie, catarrhes des bronche, maladies cardiovasculaires, infections, parasites, artériosclérose, arthrite, rhumatisme, tabagisme, verrues, torticolis et même ... mélancolie.

Soufre et B6

Ce sont les substances soufrées, allicine, alliine, ajoène E, trisulfure d'allyle..., qui caractérisent l'ail et ses propriétés particulières. C'est au soufre contenu dans ce bulbe que l'on attribue ses principales vertus thérapeutiques. Avec ses 200 mg de soufre pour 100 g, l'ail comme aliment ou condiment participe significativement à l'apport de ce minéral essentiel.

Peu connu en dehors de l'oligothérapie ou de l'homéopathie, le soufre est un minéral, non métallique, plus intéressant qu'il n'y paraît. Grand remède de l'arthritisme et de l'allergie, il régule les dysfonctionnements hépato-biliaires. Activateur des métabolismes, il contribue à l'abaissement des lipides et de la glycémie. Il dispose d'une grande efficacité dans l'élimination des toxines, notamment des métaux lourds, et protège l'organisme contre les effets des isotopes radioactifs. Il intervient au niveau de la cellule, neutralise ses toxines, facilite sa respiration et concourt à sa régénération. En cela, le soufre est un facteur antivieillissement.

La vitamine B6, avec 1,2 mg pour 100 g, apparaît comme le deuxième composant qualitativement significatif de l'ail. Cette substance étonnante, encore appelée pyridoxine, est essentiellement liée au métabolisme des protéines et participe activement au renouvellement cellulaire. Indispensable à l'utilisation du zinc, sa carence se signale, par exemple, par l'apparition de vergetures.

Une synergie

C'est la synergie des différents composants de l'ail qui agit et optimise les effets de chacun. Tonique et stimulant général, l'ail améliore les asthéniques, excite l'appétit, facilite la digestion, calme les spasmes intestinaux et réduit les flatulences. Vasodilatateur des artérioles et des capillaires, il améliore la microcirculation. Il prévient les affections cardiovasculaires, est indiqué dans l'hypertension artérielle, la fatigue cardiaque, certaines tachycardies, les spasmes vasculaires et les troubles circulatoires, y compris les varices et les hémorroïdes. Antiseptique intestinal et pulmonaire, il est préconisé dans les affections pulmonaires et ORL. L'ail possède une action dissolvante de l'acide urique et fluidifie le sang. Il est conseillé aux artérioscléreux, aux rhumatisants, arthritiques et goutteux. Diurétique, il soulage les lithiases urinaires. Son action vermifuge est connue depuis Galien et Hippocrate.

Aliment de prévention

Des études récentes tendent à prouver le rôle actif de l'ail dans la prévention de certains cancers. Une étude chinoise révèle que le risque de mortalité par cancer est réduit par douze chez les consommateurs de 20 g d'ail chaque jour par rapport à ceux qui en consomment moins d'un gramme. L'action protectrice des composants de l'ail contre les cancers de l'estomac, du côlon et de la prostate apparaît comme formelle dans les études récentes. L'action régénératrice des neurones et de la peau est également mise en évidence, avec ralentissement de la perte neuronale et de la sénilité. D'autres expériences confirment l'action hypolipémiante de l'ail, faisant baisser les taux du cholestérol et des triglycérides sanguins. Enfin, il améliore des fonctions de reproduction et stimule la formation des spermatozoïdes.

Ses usages

- En préventif : une gousse d'ail crue par jour ou une macération d'une nuit de 2 gousses hachées et de persil dans de l'huile d'olive, à tartiner.

- Cure de 10 à 15 gouttes de teinture d'ail, 2 fois par jour dans un peu d'eau.

- Soupe d'ail, tonique vasculaire et nerveux, recommandée en hiver contre les affections respiratoires, rhumes, bronchites, asthme...

- Cure de 3 semaines de 3 à 4 gousses d'ail macérées une nuit dans une tasse d'eau bouillante, contre les parasites intestinaux. Boire le matin à jeun.

- Alcool d'ail, indiqué par le docteur Valnet comme un remède efficace des crises d'asthme. Faites macérer 50 g de gousses épluchées et coupées en morceaux dans 250 g d'alcool à 608. Laissez macérer 10 jours en agitant chaque jour. Exprimez et filtrez. Utilisez quelques gouttes sur un morceau de sucre au moment de la crise. L'alcool d'ail agit comme antiseptique, vasodilatateur et hypotenseur.

L'ail est omniprésent dans la cuisine méridionale, mais son usage s'est largement répandu au nord de la Loire depuis de nombreuses années. Avec et malgré toute sa saveur et ses nombreuses vertus reste la question de son caractère odoriférant. Les particules aromatiques de l'ail s'éliminent non seulement par l'haleine, mais aussi lorsque la consommation devient plus importante, par la peau. Il n'est donc pas toujours aisé, dans un contexte social, familial, et plus encore, amoureux, d'user et d'abuser de ce merveilleux condiment, aliment ou remède, c'est selon !

A savoir

L'ail ne convient pas aux femmes allaitantes. Il altère le lait et donne des coliques au bébé.

L'ail se conserve au sec et à l'abri de la lumière. Il faut que la gousse et sa dernière peau soient parfaitement intactes.

Pour neutraliser une haleine chargée d'ail, croquez deux à trois grains de café, quelques graines d'anis, de cumin ou de cardamome.

Le suc d'ail est une bonne alternative à la gousse entière pour les intestins irrités. Il s'obtient à l'aide d'un presse ail.

Eviter les poudres d'ail toutes faites du commerce. Elles sont fabriquées à partir des bulbes abîmés et déclassés pour la vente. De plus, leur traitement ne permet pas la conservation de tous les composants.


AIL, AIL, AIL !

Extrait du Bioinfo n° 38, Geert Verhelst

Les vertus de l'ail sont bien connues. Mais l'ail fermenté s'avère encore meilleur pour la santé !

A travers les siècles, l'ail est, sans aucun doute, la plante médicinale la plus utilisée. En Chine et en Egypte, dans la Grèce et la Rome antiques, ce bulbe était déjà utilisé en prévention des maladies cardio-vasculaires, pour augmenter la résistance contre les infections et pour combattre l'apparition des symptômes de vieillissement. Dans la médecine chinoise, on obtenait les meilleurs résultats avec une sorte d'ail mûrie ou "fermentée", dont le dosage pouvait être élevé, sans provoquer d'odeurs ou d'effets secondaires gênants. L'ail cru était uniquement utilisé dans les préparations culinaires, pour apporter du goût.

L'allié des artères

L'ail fermenté est obtenu par un procédé unique, où l'ail biologique, haché finement, subit pendant 20 mois un processus de maturation à froid. Ici, les liaisons soufrées irritantes de l'ail cru sont lentement transformées en liaisons soufrées actives et non irritantes. La poudre sèche obtenue est non seulement inodore, mais thérapeutiquement, elle est supérieure à l'ail cru ou à des préparations d'ail simples. On peut donc la doser de façon plus élevée car elle ne provoque pas d'effets secondaires.

L'ail fermenté peut vraiment rendre service, en particulier dans la prévention et le traitement des maladies cardio-vasculaires. Tout d'abord, il dilue fortement le sang : il diminue les agglomérations de plaquettes sanguines entre elles ainsi que les adhérences aux parois des vaisseaux. Et c'est ce qui est précisément important pour prévenir thrombose, infarctus et attaques. On constate également une baisse remarquable du "mauvais cholestérol" ou cholestérol LDL, un autre facteur de risque réputé pour les maladies cardio-vasculaires. Enfin, l'ail fermenté aide à abaisser en partie une tension élevée et à améliorer la circulation du sang dans les membres.

Stimulant immunitaire

L'ail fermenté peut également améliorer notre immunité. Ainsi, l'activité des "natural killer cells", les globules blancs qui détruisent les intrus, augmente de 160% ! Le "nettoyage" des bactéries par les macrophages, une autre sorte de globules blancs, se déroule aussi plus facilement. L'ail fermenté est très apprécié, surtout pour prévenir et traiter symptômes grippaux, rhumes, infections virales et affections des voies respiratoires supérieures et inférieures.
L'action détoxifiante et antioxydante de l'ail fermenté mérite également d'être soulignée. Il apporte de l'aide au foie, grâce à ses liaisons soufrées, lorsque des substances toxiques doivent être neutralisées : additifs alimentaires, toxines, métaux lourds, médicaments...
Comme antioxidant, l'ail fermenté protège les cellules corporelles et l'ADN qui s'y trouve contre les radicaux libres. Ainsi, il fournit une contribution importante dans la prévention des symptômes de vieillissement, du cancer et de toutes sortes d'affections chroniques.
Grâce à toutes les caractéristiques susmentionnées, on comprendra aisément pourquoi l'ail fermenté contribue à une vitalité et un niveau d'énergie plus élevé. Il est sans aucun doute un complément alimentaire qui favorise la santé.