Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Poèmes
Le Lémur
La légende de l'oiseau-lyre
L'oie
Le pur-sang
L'ibis
L'alligator
Le furet
La souris
Le hérisson
Le lézard
La tortue
Le vautour
La puce
L'araignée
Le tigre
Le cabot
Le pou
La caricole
La grenouille
Le ver de terre
La limace
Le mille-pattes
Le bourdon
Le lapin
La pintade
Le poulet
Le scarabée
Le morpion
Le cafard
La cigale
La mouche
La mite
Le rat
La fourmi
Le moustique
La vache
L'ne
Le cochon
Le vautour
pour Joaquim

Il était une fois un vieux vautour
à poils courts
genre frimeur sur le retour.
Avec son regard glauque, jadis de velours,
des yeux pleins de pustules autour,
un bec rongé et croûteux sur le pourtour,
un crâne pelé sans espoir d’aucun recours,
un corps déplumé, flasque et balourd,
une haleine fétide de fond de poubelle de plusieurs jours,
une démarche de poule de basse-cour,
qui aurait pu croire qu’il était jadis très glamour ?
Il n’attirait plus personnes alentours.
Les gens étaient fatigués de ses sales tours,
de ses longs et pénibles discours,
qu’il rallongeait de bêtes calembours.
Lui-même était las de sa vie de requin sans amour.
Préférant crever plutôt que d’appeler au secours,
il était devenu suicidaire jour après jour,
s’enfonçant dans sa graisse, terré dans sa tour.
Il se réveilla de sa torpeur un 9 février, dans une arrière-cour
et fit le bilan de son sordide parcours.
Ce fut un jour hautement symbolique car il comprit sans détour
que dans la vie on réussit ou on se goure,
c’est une question de choix : la peur ou l’amour.