Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Poèmes
Le Lémur
La légende de l'oiseau-lyre
L'oie
Le pur-sang
L'ibis
L'alligator
Le furet
La souris
Le hérisson
Le lézard
La tortue
Le vautour
La puce
L'araignée
Le tigre
Le cabot
Le pou
La caricole
La grenouille
Le ver de terre
La limace
Le mille-pattes
Le bourdon
Le lapin
La pintade
Le poulet
Le scarabée
Le morpion
Le cafard
La cigale
La mouche
La mite
Le rat
La fourmi
Le moustique
La vache
L'ne
Le cochon
La tortue
pour une exposition collective à la Maison du Livre sur le thème "A la belle étoile..."

Il était une fois une petite tortue
courageuse et têtue
qui voulait dans sa vie passablement tordue
faire de grandes choses bien foutues.
Elle avait d’abord milité comme une mordue
pour que partout on institue
des distributeurs automatiques de laitues.
C’était peine perdue,
bien entendu.
Elle s’était ensuite battue
bec et ongles pointus
pour qu’enfin on restitue
à sa lenteur légendaire sa vertu.
Mais dans un monde d’hypertendus
où la plupart s’évertue
à courir, tout éperdus,
après des fruits plus très défendus,
c’était d’avance foutu.
Son caquet s’en trouva rabattu.
Malgré son air de chien battu
elle ne se tint pas pour battue
et s’en remit aux étoiles là-haut suspendues.
Des nuits durant elle resta étendue
à contempler cette vaste étendue
de lumières divinement épandues
jusqu’à ce qu’avec elles elle se sente confondue.
Elle tomba dans une transe inattendue,
et fut transportée dans un trip de la mort qui tue
dans des galaxies perdues
loin des sentiers battus.
Elle rencontra des créatures pattues
aux oreilles pointues
et à la langue bien pendue
qui l’accueillirent les bras tendus
d’un sourire entendu
comme si elle était attendue
avec tout le respect qui lui était dû.
Elle les trouva top détendues
et loin d’avoir l’esprit obtus
des terriens qui ont condescendu
à faire de préoccupations vertu.
Elle s’émerveilla de voir répandue
de la solidarité pas le moins du monde prétendue.
Elles en étaient à toi et à tu
quand de manière impromptue
elle retomba brusquement sur la terre battue
réveillée par le bruit qui tue
de la tondeuse à gazon de l’individu
au ventre dodu
qui squattait son territoire maintenant perdu
et qui l’avait presque en miettes fendue.
Elle s’était alors à l’évidence rendu
qu’ici l’instinct d’altruisme s’était perdu,
et, décidée à ne pas s’avouer abattue
et à ne plus se lancer dans des entreprises ardues,
elle reprit son chemin à pas de tortue
pour se consacrer à l’essentiel qui est revêtu
de petites choses de grande vertu.