Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Poèmes - La rime à tout prix
Le Lémur
La légende de l'oiseau-lyre
L'oie
Le pur-sang
L'ibis
L'alligator
Le furet
La souris
Le hérisson
Le lézard
La tortue
Le vautour
La puce
L'araignée
Le tigre
Le cabot
Le pou
La caricole
La grenouille
Le ver de terre
La limace
Le mille-pattes
Le bourdon
Le lapin
La pintade
Le poulet
Le scarabée
Le morpion
Le cafard
La cigale
La mouche
La mite
Le rat
La fourmi
Le moustique
La vache
L'ne
Le cochon
Le scarabée
pour Amaury

Il était une fois un gentil scarabée
qui dans les mains d’Amaury était tombé
et était maintenant devant trois paires d’yeux exhibé.
Il s’appelait Archibbald avec deux bés.
Il s’était fait complètement entubé
par son voisin Barnabé
qui lui avait fait gober,
pour sa belle place au soleil sournoisement dérober,
que dans le petit jardin qu’Amaury avait désherbé
il trouverait des trésors à en succomber.
De rêves et de promesses il l’avait tant et si bien enrobé
qu’Archibbald en était resté bouche bée.
Quand trois jours plus tard Amaury trouva le scarabée
celui-ci était jusqu’aux yeux embourbé.
Il flippait à mort et faillit gerber,
allait-on faire de lui un macchabée ?
C’est qu’il ne connaissait pas le cœur tout d’amour nimbé
de celui qui l’avait désembourbé,
car Amaury, en deux enjambées,
le déposa délicatement tout près de Barnabé
qui tout en excuses devant lui vint se courber.
A partir de ce jour, Archibbald et Barnabé
décidèrent de ne plus s’inhiber
et de redevenir doux comme des bébés.