Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Poèmes - La rime à tout prix
Le Lémur
La légende de l'oiseau-lyre
L'oie
Le pur-sang
L'ibis
L'alligator
Le furet
La souris
Le hérisson
Le lézard
La tortue
Le vautour
La puce
L'araignée
Le tigre
Le cabot
Le pou
La caricole
La grenouille
Le ver de terre
La limace
Le mille-pattes
Le bourdon
Le lapin
La pintade
Le poulet
Le scarabée
Le morpion
Le cafard
La cigale
La mouche
La mite
Le rat
La fourmi
Le moustique
La vache
L'ne
Le cochon
Le pur-sang
pour Gabi

Il était une fois un pur-sang
cent pour cent
pur de sang
qui se retrouva l’an finissant
le héros fracassant
d’un petit poème divertissant
et ô combien rajeunissant
dédié à ma Gabi qui, soit dit en passant,
se vexait de n’avoir reçu jusqu’à présent
que les compliments amusants
d’un pou, certes innocent,
mais quand même repoussant.
En un mot comme en cent
elle méritait mieux, de bon gré j’y consens.

Il était noble et imposant
notre bel étalon paissant ;
il avait les yeux perçants
des chevaux persans.
Il avait dans un passé plus très récent
remporté tant de courses - oh bien cent ! -
et fait gagner des mille et des cents
à des gens pathétiques et suffisants
dénués de tout sentiment bienfaisant
qui l’abandonnèrent comme un rat mollissant
alors qu’il n’avait même pas dix ans.
Bande d’inconscients !

De son pré sur l’autre versant
son regard se faisait compatissant
quand il voyait Gabi dans sa cuisine, décrassant,
fumant, récurant, rugissant,
bref, suant eau et sang
pour que ses filles et son chéri soient reconnaissants.
Les jours « avec », elle était dans un état éblouissant,
surtout quand elle écoutait Enrique en dansant,
mais il y avait les jours « sans »
où elle se rongeait les sangs.
Malgré l’âge avançant,
son visage toujours resplendissant
ne prenait pas un seul pli flétrissant.

Notre bel étalon hennissant
n’était pas non plus exempt
d’un organe auditif puissant.
Il trouvait l’humour de Gabi plaisant,
que son léger accent
rendait renversant,
mais qui se faisait un peu grinçant
quand elle parlait des paysans
qu’elle appelait « bourrins » en gloussant.

Il y avait chez elle quelque chose d’attendrissant
qui avait sur lui un effet apaisant.
Il sentit soudain le besoin pressant
de lui envoyer un message réjouissant,
mais notre bel étalon vieillissant
n’osa pas se lancer sur ce terrain glissant.

Il chercha parmi ses amis récents
un volatile qui fût assez patient
et pas trop menaçant
pour ne pas finir dans un bain de sang.
Car Gabi, dans un claquement retentissant,
trucidait sans merci et à son escient
tout insecte volant ou bondissant
soi-disant
salissant
qui osait s’aventurer dans sa maison, bon sang !

Madame la coccinelle sur sa tige se balançant
s’amusait de voir le défilé incessant
d’animaux de tout poil qui avaient répondu présents
et qui, en passant
devant notre bel étalon grimaçant,
faisaient des courbettes tels des courtisans
pour devenir son favori et pouvoir jouer les Tarzans.
Les mouches, les moustiques, les vers luisants,
les rats, les taupes, les corneilles, les faisans,
étaient tous récusés d’un geste impatient.
La coccinelle en était fort aise, fût-ce agaçant,
et se mit à rire de plus belle, fût-ce indécent.
L’attention du pur-sang
fut attirée par ces rires rafraîchissants.
Il sentait qu’ils ne venaient pas de son subconscient
mais bien de la petite bestiole se trémoussant
maintenant devant son museau luisant.

L’espoir renaissant,
- car il était là, l’émissaire idéal et complaisant,
qui serait épargné, il en était conscient, -
il lui demanda d’un ton caressant
de remettre à Gabi un petit présent
avec un message sous-jacent.

Alors, ma Gabi, sache à présent
que les petits cacas jaune fluorescent
que laissent les bêtes à bon dieu d’un air innocent
sont des signes du Tout-puissant
qui nous disent de jouir du moment présent
et de toujours mettre l’accent
sur les plaisirs innocents.
Ce faisant,
la coccinelle en ajouta encore cent
pour lui souhaiter un anniversaire joyeux et effervescent
de la part du bel étalon rougissant.

Le 23 décembre 2011