Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Poèmes - La rime à tout prix
Le Lémur
La légende de l'oiseau-lyre
L'oie
Le pur-sang
L'ibis
L'alligator
Le furet
La souris
Le hérisson
Le lézard
La tortue
Le vautour
La puce
L'araignée
Le tigre
Le cabot
Le pou
La caricole
La grenouille
Le ver de terre
La limace
Le mille-pattes
Le bourdon
Le lapin
La pintade
Le poulet
Le scarabée
Le morpion
Le cafard
La cigale
La mouche
La mite
Le rat
La fourmi
Le moustique
La vache
L'ne
Le cochon
La mouche
pour Richard

Il était une fois une grosse mouche
Qui en tenait une sacrée couche.
Elle était pas du genre Sainte-Nitouche
Mais plutôt de celles à prendre la mouche
Quand sur elle on essayait de faire mouche
Avec une tapette ou une babouche.

Elle s’amusait à faire du coche la mouche
Et du rase-mottes sur les crânes -de préférence chauves- des gens qui en devenaient farouches.
C’était une mouche à caca pure souche ;
Quand elle passait, mieux valait fermer la bouche.
Elle connaissait bien Richard et son camion louche,
Et, malgré ses faux airs de gros dégueulasse pervers qui soi-disant découche,
Il n’aurait jamais – excepté avec son Baygon - fait de mal à une mouche.
Pour rien au monde elle ne raterait son anniversaire, foi de mouche.
Elle savait que c’était le 7 avril, elle était fine mouche !
Ce matin-là, elle colla au carreau de leur salle-à-manger sa bouche
Et écrivit en brun « Joyeux Anniversaire », signé la mouche,
Mais c’était illisible à cause des pattes-de-mouche.
Elle zieuta sur la table du ptit-déj les croquembouches
Et reconnut de Catherine la fine touche.
Elle décida qu’en ce jour sacré elle ferait la fine bouche
Pour pas que Richard ne s’effarouche,
Et le ventre creux, s’en alla ailleurs tuer les mouches.


pour Jean-Luc

Il était une fois une grosse mouche
Qui en tenait une sacrée couche.
Elle était pas du genre Sainte-Nitouche
Mais plutôt de celles à prendre la mouche
Quand sur elle on essayait de faire mouche
Avec une tapette ou une babouche.

Elle s’amusait à faire du coche la mouche
Et des vols planés devant les gens qui en devenaient farouches.
C’était une mouche à caca pure souche ;
Quand elle passait, mieux valait fermer la bouche.
Elle eut vent d’un anniversaire à Auderghem dans les quartiers louches
Et savait que c’était celui de Jean-Luc, elle était fine mouche.
Elle colla au carreau de la véranda sa bouche
Et écrivit en brun « Joyeux Anniversaire », signé la mouche,
Mais c’était illisible à cause des pattes-de-mouche.
Elle zieuta sur la table du ptit-déj les croquembouches
Et reconnut d’Aurore la fine touche.
Elle décida qu’en ce 24 mars elle ferait la fine bouche
Pour pas que Jean-Luc ne s’effarouche,
Et le ventre creux, s’en alla ailleurs tuer les mouches.