Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Poèmes - La rime à tout prix
Le Lémur
La légende de l'oiseau-lyre
L'oie
Le pur-sang
L'ibis
L'alligator
Le furet
La souris
Le hérisson
Le lézard
La tortue
Le vautour
La puce
L'araignée
Le tigre
Le cabot
Le pou
La caricole
La grenouille
Le ver de terre
La limace
Le mille-pattes
Le bourdon
Le lapin
La pintade
Le poulet
Le scarabée
Le morpion
Le cafard
La cigale
La mouche
La mite
Le rat
La fourmi
Le moustique
La vache
L'ne
Le cochon
Le lézard
pour Julie

Il était une fois un petit lézard
sans histoire
qui, comme tout bon lézard
sachant lézarder, était flemmard.
Un jour qu’il paressait sur sa rôtissoire
Il fut attiré par l’éclat d’un miroir
suspendu dans les airs près d’une mare.
Plein de curiosité, il s’en approcha dare-dare
et y surprit son globuleux regard.
Oh, il rit de se voir si laid en ce miroir !
Il le toucha d’une patte, juste pour voir,
et fut stupéfait car
elle fut absorbée dans ce mur illusoire
comme dans du papier buvard.
Il risqua alors la tête aux trois-quarts
puis tout entier traversa son reflet de part en part.
Il se retrouva au milieu de nulle part
où tout paraissait étrange au premier regard.
Des assemblages de feuilles bizarres
couvraient sols et murs de toutes parts.
Il était complètement dans le brouillard !
Mais petit à petit, par fragments épars,
lui poussèrent des neurones dans le cigare
comprenant des milliards
de gigabytes de mémoire,
qui fut à l’instant remplie de vastes savoirs,
et autres superpouvoirs.
La magie, qui n’était pas noire,
avait fait là du grand art
sans rien laisser au hasard.
Il sut ainsi que ces feuilles bizarres
avaient une histoire
et qu’il marchait sur des livres rares
plutôt de gauche mais pas caviar,
dans une librairie rue Antoine Bréard.
Il sortit ses radars
et put entendre derrière le comptoir
devant un café noir
une conversation passionnée de deux bavards
sur la nouvelle orthographe qui fait du chambard.
Il aurait bien aimé y prendre part,
mais comme son implant était d’une guerre en retard,
il était en la matière ignare.
Brusquement, il craignit que les scribouillards
qui établissent les règles d’écriture obligatoires
aient estropié l’orthographe de « lézard »
comme ça, juste pour la gloire.
Mais non, y’avait pas de lézard ;
il voyait en Julie une alliée implacable à cet égard :
elle n’était point avare
d’arguments conservatoires
tout en admettant quelque part
certaines logiques dans le rapport Rocard.
Blague à part,
il était déjà midi moins le quart,
et il fallait qu’elle l’entendît avant le soir.
Il se rapprocha sans attirer les regards
et fit sortir de son nouvel organe oratoire
un « Joyeux Anniversaire, Julie ! » un peu faiblard,
qu’il répéta toute l’après-midi, faut me croire.
Sache donc, Julie, qu’une espèce de vertébré ovipare
a pour toi plein d’égards,
mais n’aie crainte, il est bientôt sur le départ,
car à minuit au plus tard
la magie aura disparu sans crier gare,
le retéléportant de l’autre côté du miroir.