Sommaire
Accueil
Le Combat de l'Amour - essai
Réflexions personnelles
Expériences personnelles
Textes choisis
Remèdes naturels aux 1000 vertus
Enquêtes santé
Peintures
Poèmes - La rime à tout prix
Liens
Livre d'or

Poèmes - La rime à tout prix
Le Lémur
La légende de l'oiseau-lyre
L'oie
Le pur-sang
L'ibis
L'alligator
Le furet
La souris
Le hérisson
Le lézard
La tortue
Le vautour
La puce
L'araignée
Le tigre
Le cabot
Le pou
La caricole
La grenouille
Le ver de terre
La limace
Le mille-pattes
Le bourdon
Le lapin
La pintade
Le poulet
Le scarabée
Le morpion
Le cafard
La cigale
La mouche
La mite
Le rat
La fourmi
Le moustique
La vache
L'ne
Le cochon
Poèmes - La rime à tout prix

Tout a commencé en 1998. Je cherchais une carte d’anniversaire originale pour une amie et je suis tombée sur une photo d’un mignon petit cochon. Il m’a inspirée ! Ce n’est pas vraiment le genre de carte qu’on offre pour un anniversaire, à moins que le commentaire qui l’accompagne balaye tout malentendu. Dès lors, n’importe quel animal devient permis, jusqu’au morpion, pourvu que le lien entre l’animal et la personne fêtée reste très lointain et que le commentaire soit imprégné d’une certaine dose d’humour. En outre, l’animal ne doit jamais représenter la personne. Celle-ci est toujours l’idole de l’animal, qui par ailleurs a rarement un lien avec moi.

La consigne était claire dès le départ : commencer le poème par « il était une fois » et choisir un animal dont la terminaison du nom détermine la rime phonétique à utiliser à chaque ligne. Tout style est permis et l’alexandrin n’est certainement pas de rigueur, le but étant de créer « la rime à tout prix ». On trouve ainsi des mélanges de langage - populaire, châtié ou désuet -, des inversions dans certaines expressions courantes, etc. J’essaye de trouver des rimes riches mais les histoires requièrent souvent que j’élargisse mon choix et par conséquent que j’appauvrisse la rime, comme par exemple dans le cas de tu/e-du/e, po-bo, pin-bin-min, çon-zon, tor-dor, çan-zan.
L’animal doit si possible être de genre masculin pour les cartes adressées à une femme et de genre féminin pour les hommes afin d’éviter toute répétition de nom et toute confusion entre « il » et « elle » dans l’histoire.
J’utilise évidemment un dictionnaire de rimes, le but du jeu n’étant pas de travailler ma mémoire.
Au début, les histoires sont courtes et contiennent parfois une touche sexuelle. Elles se rallongent par la suite et n’ont plus cette connotation.